Rechercher
  • Pascale Cfey

Visite surprise

Au début on ne remarque rien car rien ne bouge. Juste la conscience d'une présence ou d'un relief différent lorsque l’œil balaye le champ de vision. Et puis le cerveau analyse et nous fait nous retourner sur l'objet insolite. Il est là , si fin , si lent , si vert , non brun , non vert. Le bougre sait s'adapter au terrain. Ses yeux seuls sont en action et cela indépendamment l'un de l'autre , c'est fascinant. Chaque patte est comme deux mains écartées qui se resserrent pour agripper et se hisser , c'est pratique.

J'ai peur pour lui , malgré son allure de dinosaure il est si fragile. Mes chats ne sont pas loin et pourraient juste avoir envie de jouer avec. La nature est cruelle, j'ai peur pour lui. Pour le protéger je pourrais avoir la tentation de l'enfermer dans une belle cage et d'avoir tout loisir de l'admirer, mais il est hors de question d'attenter à sa liberté en justifiant de le préserver des dangers de la vie. Il vit en solitaire , le danger il l'a déjà surement rencontré et puisqu'il est là , il a survécu. Vivre libre c'est dangereux.